Premier contact avec Chrome OS (Chromium)

Google travaille à sa version de Linux pour le peuple depuis quelques temps. Elle portera le nom de Chrome OS. Chrome comme son navigateur web. C’est logique puisque leur vision du système d’exploitation est basée sur le navigateur. Le système d’exploitation est simplement le véhicule qui transporte le navigateur. Il n’y a qu’un navigateur. On ne voit qu’un navigateur. Ai-je dit que c’est uniquement un navigateur? Les applications sont simplement des applications web. C’est le fameux cloud computing.

Chrome ne sera semble-t-il disponible qu’à l’achat de petits ordinateurs portatifs. En contrepartie, Google rend disponible les sources de Chrome et la communauté produit sa version qui se nomme Chromium OS (comme le navigateur, vous savez Chromium ? ). De généreuses personnes compile Chromium à tous les jours et fabrique des images téléchargeables. J’ai opté pour une image qui est en réalité une machine virtuelle Virtual Box fonctionnelle. Ça évite l’installation régulière sous Virtual Box. J’ai simplement ajouté la machine virtuelle de Chromium dans mon Virtual Box. J’ai démarré. Chromium m’a demandé mon adresse Gmail, ce que je lui ai fourni. Il a démarré. J’ai obtenu, un navigateur. J’ai vraiment obtenu simplement un navigateur et rien d’autre.

J’imagine que les ordis vendus avec Chrome OS seront un peu plus explicite sur ce que l’on doit en faire mais ce n’est pas le cas avec ma version de Chromium. Je me suis dirigé sur le site internet Google Chrome Web store. J’ai choisi et installé des applications que je désirais utiliser. Simplement en cliquant sur Installer. J’ai choisi Gmail, Feedly, Google Doc pour le bien de mon test. Celles-ci se sont installées comme des pages web. D’autres comme DropBox s’installent comme des extensions. DropBox est fonctionnel mais la demande de lancement d’un fichier XLS par exemple ne fait rien puisque Chromium n’a pas d’application associée aux XLS autre que Docs à l’intérieur du navigateur. Il faudrait une forme de « Sideloading » entre Chromium et les services de stockage pour que ça fonctionne. Sur un système d’exploitation traditionnel avec un tableur installé localement, il n’y aurait pas de souci. Il pourrait donc y avoir certains problèmes de cohérence de Chromium dans sa façon de solutionner ce genre de situation.

Pour démarrer une application installé, il suffit de cliquer sur le + du navigateur pour obtenir un nouvel onglet. Le nouvel onglet nous présente les applications disponibles. On clique sur l’application désirée et un nouvel onglet apparaît avec l’application. Très simple et je dirais assez intuitif. Il est possible d’avoir quelques bureaux virtuels (quelques navigateurs différents) comme pour les autres distributions Linux. Le Alt-Tab fonctionne aussi. Ma machine virtuelle de Chromium est lente. Elle ne réagit pas rapidement. Par contre, je ne jugerais pas Chromium sur ce fait. Je suis convaincu qu’il sera très réactif.

L’approche de Google avec Chrome (Chromium OS) est intéressante. Le système d’exploitation sous jacent est minimal et très sécurisé. À part le navigateur web qui fonctionne nativement, tout les applications et tâche tournent à l’intérieur de ce navigateur sous forme de page web ou d’extension. Lesystème d’exploitation sera maintenu à jours automatiquement grâce à son lien permanent avec les serveurs de Google. Les applications elles, étant « dans le nuage » seront maintenues et améliorées par leur concepteur loin des micro-ordinateurs et seront donc toujours à jours pour tout le monde. Personnellement, j’aime plus ou moins l’idée mais disons que de cette façon, nos ordinateurs deviennent des appareils banals un peu comme des téléviseurs. Reste la question des données qui se trouvent on ne sais ou et qui sont ainsi en danger d’une certaine vulnérabilité.