Essai Joli OS 1.2

Jolicloud 1.1 devient Joli OS 1.2. La mise à jour se fait aisément comme à l’habitude. En apparence, il y a peu de différence. Beaucoup de petites améliorations. Un changement plus majeur est l’ajout d’un navigateur de fichier natif à l’interface de Joli OS. C’est plus cohérent. Par des moyens détournés, on peut toujours obtenir un navigateur de fichier Linux qui permet de se ballader dans les entrailles de la bête.  Ce navigateur de fichier lors de recherche indique très mal ce qui se passe tellement que nous ne savons pas s’il est en recherche ou qu’il a terminé.

L’ajout d’applications s’est encore amélioré. Les applications disponibles sont classées par rubrique et des raccourcis permettent de voir rapidement celles qui sont Web ou locales. L’ajout des applications Web est pratiquement instantané. Je dois avouer que l’offre d’applications « Cloud » grandie à une vitesse exponentielle avec une qualité surprenante. De plus on y trouve des choses vraiment imaginatives avec un accès universel. Je me refuse à être une personne branchée en permanence mais pour les inconditionnels, il y a de quoi devenir accroc!

Il est maintenant aussi possible d’ajouter une application Web qui n’existerait pas dans les dépôts de Joli OS en donnant simplement son URL, en choisissant une catégorie et une image. Assurez vous d’avoir déjà l’image au format png en mains. Celle-ci deviendra l’icône de l’application. Ça fonctionne bien. Pour les fins de test, j’ai créé une application avec mon site personnel. Donc, en cliquant sur l’icône, un navigateur ouvre directement sur mon site. Cette fonction ajoute de la souplesse à l’environnement Joli OS permettant ainsi à l’utilisateur d’adapter à son besoin particulier.

Comme auparavant, l’application Google Docs ouvre un navigateur Chromium complet lorsque l’on clique sur un document pour l’éditer. Une intégration complète ouvrirait le même navigateur Web épuré plutôt qu’une instance de Chromium. C’est fonctionnel mais pas encore cohérent à 100%. Une alternative est d’utiliser Zoho Sheet (tableur) pour éditer les fichiers de Google Docs. Ça fonctionne mais oblige plusieurs changements d’écran à l’intérieur du navigateur. Plus cohérent au niveau de l’interface mais agaçant à l’usage. Le problème originel est tout de même mineur. Simplement un agacement.

Il est toujours possible d’accéder aux applications de Joli OS provenant de la distribution Linux sous jacente via l’icône Apps locales. C’est de moins en moins utile avec l’amélioration de l’interface Joli OS.

Joli OS arrive à maturité. Selon moi, ce système d’exploitation pourrait combler le besoin d’une très grande quantités d’utilisateurs qui ont simplement besoin d’une interface logique pour démarrer des applications et attacher tous les morceaux de leur vie numérique.

Cette entrée a été publiée dans Linux. Bookmarquez ce permalien.