Essai Kubuntu 10.10

Installation facile sous Virtual Box. Le nouvel installateur fonctionne bien et est plus joli. KDE 4.x est un peu déstabilisant pour moi. La couleur bleuté transparente est jolie. Le lanceur d’applications (l’équivalent du menu Démarrer sous Windows) est intéressant avec sa présentation à onglet. Son effet d’ouverture et fermeture est un peu lente et agaçante. Il y a probablement moyen d’ajuster cette vitesse quelque part.

C’est mon premier essai de KDE en version 4.x. Ça fait donc longtemps que je n’ai pas utilisé une distribution Linux avec interface KDE. J’aimais bien KDE 3.x malgré que je trouvais qu’il y avait beaucoup trop de choix dans les menus et dans les possibilités de configuration. Le choix c’est bien mais on peut tout de même être submergé. Certains parlaient d’usine à gaz. Cette impression de surcharge n’est que légèrement diminué avec KDE 4.x. À première vue, le menu de configuration du système est complet et bien regroupé. Par contre, plusieurs ajustements du système ne s’y retrouve pas comme j’ai pu le constater dans mon test « réel » sur mon EeePC.

Netbook Edition

L’interface pour mini ordinateur portatif de KDE est incluse avec Kubuntu 10.10. On peut sans difficulté basculer de l’interface pour ordinateur de bureau à celle pour petits écrans. C’est très intéressant pour l’expérimentation. Mes premiers moments d’essai se sont passés sur mon installation virtuel de Kubuntu 10.10. Voici les commentaires :

Cette interface libère l’écran au maximum. Contrairement à Ubuntu 10.10 (Unity), la barre d’état en haut de l’écran se retire lorsqu’elle n’est pas utilisé. Par exemple, le navigateur Reconq utilise toute la surface disponible. En déplaçant la souris vers les derniers pixels du haut de l’application, la barre apparaît pour permettre son utilisation. Très positif. Un écran entier est consacré au menu des applications. Le premier quart permet d’insérer très facilement les applications préférées dans un espèce de bandeau. Cet écran est accessible en cliquant sur la portion « Lanceur » du tableau de bord ou avec le traditionnel Alt-Tab. Fonctionnel.

À l’essai en Live USB sur mon EeePC, j’ai des réserves. Au départ, il manque des sous-menus d’applications importants comme les utilitaires du système. La barre du haut (tableau de bord) ne se cache pas à l’usage. Ces deux agacements me demande un temps fou à résoudre. Je cherche dans les menus de configuration et ne trouve rien. Pour remettre le tableu de bord en mode « hide » on doit cliquer avec le bouton droit sur je ne sais trop quoi . Pour ajouter les sous menus manquants, il faut faire bouton droits sur le fond de la page et cocher une option .  Pourquoi ces ajustements ne se retrouvent-ils pas dans le menu de configuration général?  Dans mon test, à un moment, le gestionnaire de fenêtre (Kwin) semble s’être fait la malle. Je peux basculer entre les applications ouvertes mais je n’ai plus le tableau de bord, plus de lanceur d’applications donc aucun moyen facile de démarrer d’autres applications.  Est-ce que le problème se situe au niveau du Live USB et je ne vivrais pas du tout cela avec une installation complète?  Ça ne me donne pas envie de tenter le coup puisque cela implique du travail pour sécuriser les données déjà présentes sur l’ordi. Il faudrait que je fasse un ghost pour un retour en arrière si ce n’est pas acceptable. Pas mal de boulot.

Test réel Kubuntu 10.04.

J’ai installé Kubuntu 10.04 Netbook edition sur une clef USB 4go (donc comme si c’était sur le disque interne).  Beaucoup plus stable que la 10.10 en livre usb. Tout fonctionne assez bien. Par contre, l’interface Plasma Netbook de la version 10.04 est un peu moins évolué. Le retard est assez grand pour que je ne sois pas tenté d’utiliser cette version LTS (Long  Term Support). Une 10.10 sans bug aurait été agréable. J’imagine que la 11.04 sera plus peaufiné.

Je ne passerai probablement pas sous Kubuntu.

Cette entrée a été publiée dans Linux. Bookmarquez ce permalien.